Osez la chasteté masculine contrôlée

Osez la chasteté masculine contrôlée et changez votre vie !

Osez la chasteté masculine contrôlée

Témoignage : Julie, la traversée du désert

Il y a quelques jours, Julie (nom modifié) m’a contactée car celle-ci se trouve dans une situation délicate avec son homme. Voici son histoire :

Bonjour Julieta et toute l’équipe de Osez la CMC,

tout d’abord merci pour votre merveilleux site. Je vous écris pour avoir de l’aide ou au moins un avis sur ma situation.

L’histoire d’Isabelle ma touchée et remplie de courage.
Je suis une femme de 32 ans en couple depuis 6 ans avec mon homme de 35 ans. J’ai toujours eu un fort caractère et j’aime l’autorité, ce n’est pas facile car mon homme est identique sur ce point là.

Il y a un an j’ai découvert votre site et cela m’a tout de suite conquise.
De fil en aiguille, j’ai commencé à initier mon homme à la cage d’abord par jeu puis pour une journée, une semaine avec un maximum de 3 semaines sans libération.

Donc cela faisait un peu moins d’un an qu’il portait la cage et j’adorais cela.
Si son attention n’a pas augmenté car c’était dans sa nature, il a fait des progrès au niveau cunni et autres 🙂

Mais je n’ai pas su voir son mal-être, car peu après que la cage soit devenue quotidienne , il a commencé à avoir des soucis au travail et il est cadre dans une grande entreprise.
Il a ensuite arrêté la musculation petit à petit, moins de sorties et de rencontres avec ses amis.

Et moi je n’ai rien vu car trop heureuse de tout ce temps en plus et épanouie dans mon couple et dans cette nouvelle pratique.

Et il y a 2 mois, le verdict tombe, il n’en peut plus et arrête immédiatement la CMC.
Il me dit que personne ne devrait posséder une partie du corps de quelqu’un d’autre (il a raison dans le fond), qu’il n’est plus lui même, qu’il a besoin de retrouver son corps et la confiance qu’il avait en lui et plein d’autres choses…

Et depuis ces 2 mois, reprise du sport, des sorties, un travail qu’il recommence à aimer, en gros il est beaucoup plus heureux et maintenant je le remarque.

Sauf que la CMC me manque terriblement, j’aimais vraiment cela.
Depuis, j’ai une grosse baisse de libido que je n’explique pas, car il prend toujours autant soin de moi, mais il souhaite un équilibre dans le plaisir et les orgasmes, il me laisse du temps mais pour lui c’est fini les mois avec un seul orgasme tandis que j’en ai plusieurs par jour.

Je comprends tout ça mais j’y arrive pas et j’ai peur qu’il me quitte, mes amies et collègues le trouvent rayonnant et me disent que j’ai de la chance de l’avoir, je vois les regards des femmes sur lui et j’ai peur.

Je ne sais plus quoi dire ni quoi faire… Désolée pour le pavé et merci d’avance…
Julie

Notre réponse :

Il est vrai que l’histoire de Julie ressemble assez fortement à celle d’Isabelle il y a quelques semaines. Mais il y a néanmoins quelques différences importantes. Reprenons.
D’abord, Julie, vous faîtes un lien direct entre le moment où la cage est devenue quotidienne et le ressenti d’un mal-être chez votre homme. Autre point, vous êtes à l’initiative de la cage de chasteté avec votre homme d’après ce que j’en comprends, tout comme dans le cas d’Isabelle.

La question à se poser dans cette situation, c’est : d’où peut provenir le mal-être ? Soit l’homme est à l’initiative de la pratique et il n’a pas mesuré les conséquences de cette mise en pratique réelle : généralement, comme dans votre cas, la femme y prend goût et peut exprimer toute sa sexualité en mettant de côté la sexualité phallocentrée de son encagé. Soit la femme en est à l’initiative et elle prend là-aussi goût à la pratique, tout en occultant le plaisir phallocentré de son encagé mais en le redirigeant vers un plaisir plus sensible. Rappelons à nos chères consoeurs KH que le plaisir d’un encagé nait de sa frustration, mais la frustration, ça s’alimente, ça s’entretient !


Fab13 dans un commentaire sur l’article d’Isabelle « l’impasse » disait quelque chose de très juste à ce sujet :

« Je me permets d’intervenir parce que j’ai déjà été dans le cas. À la base, la cage était une idée à elle et j’y ai pris goût avec le temps, mais au tout début, elle n’avait pas pris la pleine mesure de son rôle, même si j’aime pas dire ça, de KH. Par exemple elle me mettait la cage et puis une semaine pouvait se passer dans le pire des cas sans que rien ne se passe. Ce qui n’est pas simple à comprendre pour une KH à mon avis, c’est qu’il est important de frustrer son partenaire en cage mais en le provoquant, en montrant explicitement qu’en tant que KH vous prenez du plaisir. En définitive, c’est d’être un peu cruelle toutes proportions gardées Je crois qu’à partir du moment où ma KH avait compris le pouvoir qu’elle avait sur moi avec cet incroyable ustensile qu’est la cage et le pouvoir qu’elle avait aussi et ainsi sur son plaisir, elle l’a utilisé et développé et cela nous a rendu tous les deux satisfaits et épanouis. Maintenant, elle en joue et ça l’a rend incroyablement désirable, même si elle a toujours été désirable à mes yeux. Et puis, elle a remarqué que plus elle répétait des phases d’excitation sans libération tout en me faisant croire qu’elle allait me libérer, plus ça l’excitait et elle jouissait de cette situation, et aussi, nos orgasmes étaient largement amplifiés à tous les deux (du moins, quand elle me permettait d’en avoir un) »

En effet, ces périodes de frustration intenses et intensifiées amplifient l’attirance, les décharges d’adrénaline et de dopamine et… la résistance.


La grande majorité des KH débutantes, à en croire les messages reçus, oublient que pour que la pratique puisse s’apprécier sur le long terme, il faut aussi jouer avec la frustration. Une frustration où votre homme est encagé pendant que vous vaquez à vos occupations risque de rendre votre homme irritable voire mal dans sa peau. Ce n’est pas l’idée ! À moins que cela se fasse sur de courtes périodes (au-delà d’une semaine, si la sexualité se résume à la simple frustration de l’encagement sans aucun « extra », il y a fort à parier que vous perdiez la maîtrise d’une situation que vous croyiez bien avoir en main (en cage).

Vous dîtes ensuite « Donc cela faisait un peu moins d’un an qu’il portait la cage et j’adorais cela. Si son attention n’a pas augmenté car c’était dans sa nature, il a fait des progrès au niveau cunni et autres »
Cela, en revanche, quasiment toutes les KH l’ont compris : un homme encagé se montre plus apte à sentir le plaisir qu’il procure : cunnis, massages, sensations diverses. Un homme encagé devient plus sensible autant pour apprécier ses propres émotions que pour apprécier le plaisir qu’il donne. Il ne s’agit pas de lister les nombreux bénéfices de la chasteté masculine contrôlée, vous les connaissez. Cependant, là-aussi, ce bonheur s’entretient. Testez les simples phrases quand vous prenez du plaisir « toi-aussi tu aimerais ? Tu ne peux pas , c’est dommage mon chéri » Testez les phrases qui rendent fous, les sourires qui montrent que vous avez la situation en main, et que rien ne vous échappe. Ce sentiment-là va conforter votre homme dans son rôle de pourvoyeur de plaisir. Il va apprendre ainsi à apprécier vous voir prendre votre pied. Jouissez autant de la situation que de votre situation, il oubliera petit à petit ce côté que tous les hommes ont, l’égoïsme de leur sacro-saint phallus.
Nous le disons souvent, la cage de chasteté est très souvent initiée par l’homme (mais de plus en plus de femmes sont à l’initiative, je reçois d’ailleurs essentiellement des messages de femmes désireuses de tenter l’expérience, ce qui montre bien que les temps changent et que le plaisir féminin est enfin pris au sérieux après avoir été ignoré pendant si longtemps) , et les hommes reviennent parfois sur leur décision de départ tandis que les femmes, elles, après avoir découvert la pratique, ne souhaitent quasiment jamais revenir en arrière. Une fois adoptée, elles souhaitent continuer la pratique pour toujours.

“Mais je n’ai pas su voir son mal-être, car peu après que la cage soit devenue quotidienne , il a commencé à avoir des soucis au travail et il est cadre dans une grande entreprise
Je ne vois a priori pas le rapport entre le mal-être (et je ne doute pas qu’il soit réel) et la mise en cage. Les soucis au travail étaient-ils liés à la cage de chasteté ?


« Il a ensuite arrêté la musculation petit à petit, moins de sorties et de rencontres avec ses amis. »
S’il a arrêté la musculation, il n’est pas rare en effet qu’un homme encagé se sente moins à l’aise dans ses déplacements (et de manière générale pour des activités sportives). Je conseille toujours de laisser cette liberté durant les loisirs et le sport : libérez-le, faîtes-lui confiance. Cela n’empêche pas un ré-encagement le soir avec une petite phrase du genre « allez hop, on la remet tout de suite et on ne discute pas ». N’oubliez jamais le pouvoir des phrases fermes et taquines à la fois 😉


Comme le disait Fab13 dans son commentaire sur l’article d’Isabelle «ne l’empêchez pas de voir ses amis ».
La pratique ne doit pas exclure votre homme de ses relations habituelles, de ses habitudes, de ses amis. Très souvent au contraire, la pratique induit une meilleure communication au sein du couple. On le dit très souvent : la communication est autant à l’origine de la mise en pratique de la CMC qu’elle en est la conséquence. Parlez, échangez, parlez de vos envies, parlez de vos désirs, parlez de la manière dont vous ressentez le plaisir, échangez sur vos journées. Pourquoi ne pas demander à votre homme de tenir un journal de bord sur lequel il exprimerait ses sentiments quotidiens, ses besoins , ses fantasmes ? Il y a fort à parier pour que vous retrouviez ainsi des points de convergence dans vos désirs et que vous les mettiez ensuite en pratique. C’est aussi un des bénéfices majeurs de la CMC !

« Et il y a 2 mois, le verdict tombe, il n’en peut plus et arrête immédiatement la CMC. »
Vous a-t-il expliqué son choix ? Avait-il mal quelque part ? Avait-il peur qu’un proche s’interroge ?
Ce sont souvent les deux questions que se posent (je parle en connaissance de cause car pour mon homme, ce sont des craintes encore récurrentes)
Avez-vous une idée concernant ce choix ? Vous-a-t-il dit si cela était définitif ? Ce sont des questions que vous devez lui poser tranquillement, en tête à tête, le soir dans le lit, tendrement.

« Sauf que la CMC me manque terriblement, j’aimais vraiment cela.
Depuis, j’ai une grosse baisse de libido que je n’explique pas, car il prend toujours autant soin de moi, mais il souhaite un équilibre dans le plaisir et les orgasmes, il me laisse du temps mais pour lui c’est fini les mois avec un seul orgasme tandis que j’en ai plusieurs par jour. »

C’est exactement la raison pour laquelle les femmes ne veulent pas revenir en arrière une fois qu’elles ont goûté. La libido et le plaisir sont très largement amplifiés chez la femme KH lorsque la CMC est mise en pratique. Rassurez-vous, vous êtes normale. Vous ne l’expliquez pas, mais cela s’explique. Nous parlons souvent du phénomène biophysique qui accompagne chez l’homme la pratique de la CMC, mais nous ferons également un article sur le sujet dans les prochaines semaines, cette fois-ci à destination des femmes.

« Je comprends tout ça mais j’y arrive pas et j’ai peur qu’il me quitte, mes amies et collègues le trouvent rayonnant et me disent que j’ai de la chance de l’avoir, je vois les regards des femmes sur lui et j’ai peur. »
Est-ce que vous utilisiez la cage de chasteté dans l’objectif de s’assurer de la fidélité de votre homme envers vous ?
Si la CMC ne doit pas être utilisée comme un moyen de chantage pour vous sur lui (j’ai déjà reçu un message d’une femme qui mettait la pression sur son mari pour dévoiler des photos compromettantes s’il ne mettait pas la cage chaque matin 😉 ), gardez à l’esprit que ce ne doit pas être non plus pour lui, sans CMC, un moyen de pression sur vous pour vous signifier qu’il peut aller voir ailleurs.

J’espère que mes quelques réponses ont pu vous aider et j’invite tout le monde à vous aider aussi dans les commentaires ! N’abandonnez pas, et dîtes-vous que c’est vous qui méritez mieux !

Julieta

Hits: 2111

31 Replies to “Témoignage : Julie, la traversée du désert”

  • Merci julie pour ton témoignage. Pour moi j’ai vécu une période équivalente et j’ai réussi à faire perdurer la CMC dans notre couple pour notre bonheur à tous les deux en prenant le dessus dans tous les domaines. Je n’ai pas honte de dire qu’il est devenu mon amoureux épris-onnier. Et comme le dit Julieta, le teasing est très important.
    Ne baissez ni les bras ni votre garde

  • Je crois franchement que s’il y a un site qui traite le sujet de la CMC sur tous les plans , tous les aspects, et sans être catégorique, c’est bien celui-là , alors je trouve vraiment déplacé votre propos.
    Merci Julieta et Julie pour cet article !

  • Encore un article de grande valeur qui montre que même avec la CMC, même si la vie de couple est considérablement améliorée , elle n’est pas un long fleuve tranquille, mais n’est-ce pas aussi le charme de cette pratique ?
    Je n’ai jamais connu ça avec mon homme, encagé une semaine sur deux environ. Notre vie ensemble est juste géniale ainsi et il n’a pas plus envie d’abandonner que moi.

  • incroyable ces hommes qui ont tant de mal à abandonner leurs privilèges, incapables de faire un effort pour celles qu’ils aiment. Par contre, quand il s’agit de faire des efforts, ça doit toujours venir des dames. Pour moi c’est simple : tu abandonnes la cage, je t’abandonne. A prendre ou à laisser.

    Magalie

    • Bien dit! j’ai moi même fait le saut un homme dois être encagé nous sommes pas tous pareils j’ai abandonné tout privilège je porte une cage depuis peu. Je suis fier de la porter pour ma reine 👸🏻 et l’enlever est inpensable et de toute façon elle ne voudrais pas elle fais partie de moi maintenant

  • Magalie,
    Si vous me permettez, votre commentaire va totalement à l’encontre de ce que prône ce site : le dialogue. Le “tu abandonnes la cage, je t’abandonne” fera à coup sûr deux malheureux dans cet ultimatum. L’homme qui aura recouvré sa “liberté” mais qui sera seul, et la femme qui se retrouvera seule et dans l’échec de n’avoir pas su faire comprendre à son homme tous les enjeux de la CMC. Les hommes ne refusent pas d’abandonner des privilèges quand on aborde la CMC, là, on parle de changements profonds de la nature de l’homme. Certains des hommes se rendent compte du besoin de changer, d’autres pas. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir…

    Souhaitons à Julie qu’elle ne perde pas son homme et que, plutôt que de s’affronter, ils se réconcilieront

    • je suis bien consciente d’être assez radicale dans mon approche mais changer la nature de l’homme comme vous dîtes, c’est aussi faire en sorte que les privilèges, je pense en particulier les comportements machistes, l’égoïsme (c’est un privilège masculin dans de nombreux couples, et contrairement à ce que vous dîtes, dans certains articles , Julieta parlait très bien de ce problème, de l’inégalité dans le plaisir du couple, je ne sais plus quel était le terme exact…) donc c’est tout à fait lié.
      Mais oui, je souhaite que Julie ne perde pas son homme, et je ne vois pas de raison pour qu’elle le perde, mais c’est aussi à lui de faire des efforts , il n’imagine pas la chance qu’il a d’avoir une femme qui veut bien prendre la responsabilité de contrôler sa sexualité et d’éduquer son homme. Même si c’est de plus en plus courant, les choses évoluent trop lentement, alors il faut être plus radicale, c’est mon avis.

  • C’est drôle, Je suis une femme de 32 ans aussi et j’ai vécu à peu de choses près la même expérience il y a un an. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre et je vais vous expliquer comment. Pour ma part, c’est mon mari car nous sommes mariés, qui avait pourtant introduit la CMC dans notre couple, et j’y ai pris goût, vraiment, vraiment, vraiment.
    Puis un jour, mon homme en a eu marre. Il n’a pas voulu remettre sa cage à ma demande, et il a dit qu’il voulait faire une pause et même revenir à ses mauvaises habitudes (masturbation 3 à 4 fois par jour). Alors, un jour, je l’ai invité au restaurant, nous avons dîné et je lui ai dit que sexuellement, c’était mieux avant quand il l’avait et que notre couple était plus épanoui. Je lui ai dit que j’envisageais mal que nous ne continuions pas la CMC ensemble car ça voulait dire que mon plaisir n’avait aucune importance à ses yeux. Et surtout, je l’ai encouragé, quand il a bien voulu la remettre, je l’ai félicité. Il y a finalement repris goût et là, ça ne lui vient même pas à l’idée de l’enlever. Dès que je lui dis de la remettre, il le fait sans rechigner, comme on prend la pilule.
    Mais pour cela aussi, nous avons beaucoup discuté, nous avons parlé parlé parlé. La décision de la remettre pour lui a été prise au moment le plus opportun : emmenez-le à la limite de l’orgasme et intimez-lui de remettre sa cage pour vous faire plaisir. C’est top efficace

  • Je suis tout à fait d’accord avec Frimousse, il ne faut pas forcer les choses en mettant une pression inutile dans ces circonstances.

  • Merci Julie pour le témoignage, c’est très constructif et intéressant de voir le fantasme de la chasteté se transformer en version féminine. Le problème est que parfois dans la transformation et l’évolution de la chasteté, la femme s’approprie le fantasme de l’homme lorsqu’elle découvre le plaisir d’avoir un homme encagé. C’est un piège qui coupe alimentation du moteur des fantasmes, et votre homme se retrouve en panne de désir. Il rejette la cage parce qu’elle ne fait plus partie de son univers fantasmique. Je pense qu’à travers la communication vous devez questionner votre homme à ce niveau.

    Julieta répète souvent l’importance du teasing et de jouer avec la frustration. C’est très vrai et efficace pour nourrir l’univers des fantasmes masculins. Ce faisait, la KH prend alors le rôle du fantasme de la femme fatale. Je pense que c’est le point commun des encagés, nous avons tous une version ou une autre du fantasme de la femme fatale.

  • Ce témoignage est terrible je suis triste en le lisant, la CMC n’est pas un emprisonnement mais
    tout simplement une situation dans laquelle le phallus, l’orgasme masculin sont relégué au second plan,. Cela ne doit pas se traduire par une mise au oubliette. Il faut réorganiser le cheminement de l’orgasme masculin, il ne doit plus être éjaculatoire mais dans un registre d’ordre psychologique. Dés lors que les jeux sensuels, sexuels du couple apportent un sentiment orgasmique, le tour est joué.

  • Bonjour,
    Quel objet magique pour tous les couples complices, ceux qui ont passés la barrière des cachoteries dans leurs sexualités. Cette petite cage apporte tellement de bonnes choses dans un couple que se serait dommage de tout laisser tomber.
    Peut-être un manque de communication des deux côtés? Pourquoi ne pas reprendre sur des pratiques plus courtes? Un homme de 35 ans a des besoins sexuels qui sont peut-être incompatibles avec le port de la cage sur 3 semaines si vous ne le maintenez pas sous pression (teasing)?
    Bon courage Julie et donnez nous de vos nouvelles

  • Merci Julieta et à vous tous pour vos réponses qui me donnent beaucoup de pistes de réflexion.

    Je vais essayer d’abord de repondre aux questions de Julieta, je n avais pas tout expliqué dans mon mail de peur que ce soit trop long et insipide.

    Nous avons beaucoup échangé sur son mal être et son désir d’arrêt. Il explique ce mal être par l horreur de la perte de contrôle d’une partie de son corps, comme je l’ai déjà dit pour lui personne ne devrait avoir le contrôle sur le corps de quelqu’un d’autre. Je suis tout à fait d’accord car étant une femme c’est l’un de nos principaux combats. Il avait l’impression que les gens le regardait bizarrement quand il l’avait du coup il agissait anormalement ce qui renforcait de mal être.

    Il est peut être intéressant d informé que mon homme est une personne avec un haut potentiel avec un QI de 160 donc le registre émotionnel est compliqué pour lui et je ne suis pas sur que les effets de dopamine ou de prolactine ont un grand effet sur lui car que ce soit au bout de 2 semaines de cages ou 1h après l’éjaculation, je n’ai jamais constaté de changement de comportement.

    J’adore le tease and denial, cela m excite mais pour lui la frustration est trop grande de ne pas avoir d orgasme après une grosse séance de teasing car l’orgasme a ce moment est ultra puissant et lui permet de se déconnecter alors qu’avec le denial il reste en tension et il le supporte mal.

    Je répondrais au reste plus tard mais encore merci à tous.

    • Pourquoi ne pas essayer de réintégrer la cage de chasteté juste avant le sexe ? une journée ou quelques heures avant par exemple ? Simplement de temps en temps ? Selon vos envies (et les siennes bien entendu)
      La pratique peut tout à fait être épisodique sous forme de jeu, sans être un mode de vie à part entière. Cela permettra d’augmenter la tension sexuelle sans bloquer votre partenaire sur les jugements extérieurs qu’il pense observer (ils ne sont quasiment jamais fondés).
      Lorsque vous dîtes “Il explique ce mal-être par l horreur de la perte de contrôle d’une partie de son corps, comme je l’ai déjà dit pour lui personne ne devrait avoir le contrôle sur le corps de quelqu’un d’autre. Je suis tout à fait d’accord car étant une femme c’est l’un de nos principaux combats”
      C’est tout à fait juste, c’est la raison pour laquelle la pratique doit être consentie. Il faut que votre homme souhaite délibérément vous donner le contrôle de sa sexualité et d’une partie de son corps. Si ce n’est pas le cas, on est dans une autre forme de relation, qu’ici je ne promeus pas, vous l’avez bien compris. Même les relations de domination féminine / soumission masculine doivent être consenties avec enthousiasme et mutuellement. Comme ces relations ne sont pas fréquentes (la domination masculine étant davantage ancrée dans nos sociétés) , je ne les décourage pas pour autant mais il est vrai que nos principaux combats féministes portent sur la réappropriation du corps féminin et de la sexualité féminine (ce qui n’est pas antinomique avec la régulation de la sexualité masculine, une ré-éducation au sens noble du terme.
      Merci Julie pour vos précisions

  • Merci pour votre site qui permet de si belles réflexions.
    Remettre les clés de son plaisir aux mains de sa femme est quelque chose d’attirant et de bénéfique mais cela peut être difficile à vivre dans le quotidien.
    Je pense depuis des années que cela ne marche que parce qu’il s’agit d’un engagement réciproque de l’homme et de la femme. l’homme a besoin de sentir que son engagement est reconnu, important, indispensable. Cela passe par du dialogue, des jeux, des encouragements, de l’autorité… je dirais, peu importe la forme. Mais l’homme doit sentir que ce qu’il fait a de la valeur.
    Parce que la société ne le lui dit pas. Son image d’homme frustré, soumis n’est pas valorisée par la société. Il est important que sa femme le lui rappelle régulièrement.
    Ce site permet justement cette valorisation, mais il faudrait qu’il y ait des lieux où les gens puissent se rencontrer et où les hommes pourraient parler librement de leur condition et où ils se sentiraient valorisés.

  • Bonjour à vous tous, c’est bien le premier article que je lis où c’est Madame qui veut que monsieur porte la cage et que monsieur refuse. J’ai fait beaucoup de lecture et j’ai déduit que dans la très grande majorité des cas, la CMC et la cage sont suggérés par monsieur et que plusieurs Dames refusent de faire entrer cela dans le couple.

    Comme mentionné dans plusieurs publications, le DIALOGUE est la clé maîtresse, avant même celle du cadenas. Julie, bonne chance.

    • Je peux vous assurer pourtant que de plus en plus de dames, parce qu’elles en comprennent très vite les bénéfices, sont à l’initiative dans le couple (je reçois de nombreux messages en ce sens, 2 à 3 par mois, mais je ne peux malheureusement tous les publier, cela dépend des thèmes que je souhaite aborder). Ce témoignage fait appel à celui d’Hélène il y a quelques semaines, qui était elle-même à l’initiative dans son couple.

      • Question de statistique, si on applique une règle du pouce qui dit que seulement 4% des clients vont faire des efforts concrets pour écrire leur mécontentement. En tenant compte de la donnée que nous donne Julieta qui est de 2 à 3 femmes par mois qui écrivent par courriel. J’en déduit que 2 femmes / 4% = 50 femmes. Ou bien 3 femmes / 4% = 75 femmes. Ces femmes sont mécontentent de leur couple et lisent les articles sur la CMC avec intérêt mais elle ne se manifestent jamais. Je crois qu’on est biaisé sur le fait que les femmes dans l’univers de la CMC sont beaucoup moins vocales que les hommes. En plus, il faut ajouter l’aspect que les hommes deviennent encore plus verbaux lorsqu’ils sont en période d’abstinence (c’est mon cas). En résumé, les femmes sont beaucoup plus présentes qu’on le croit, et cela augmente grâce à nos administratrices qui font un travail dévoué pour attirer encore plus de femmes à la cause de la CMC.

        • Merci mxfire ! Très juste !
          Les femmes dans l’univers de la CMC et les femmes et la sexualité sont moins expansives puisqu’on a toujours voulu taire leur plaisir. Nous l’évoquons assez souvent ici dans nos articles.

        • que 2 femmes / 4% = 50 femmes. Ou bien 3 femmes / 4% = 75 femmes.

          Je viens de me ré-inscrire à l’école !!! C’est vrai qu’on peut faire dire ce que l’on veut avec les statistiques mais là ……….. Je regrette mais la somme des tout ne fait pas le total 🙂

        • Ce qu’il faut retenir des propos de mxfire je pense en dehors de ces calculs très empiriques, c’est qu’il y a effectivement un moindre pourcentage de femmes qui s’expriment sur leur sexualité, un moindre pourcentage encore qui s’expriment sur leur insatisfaction dans la sexualité de leur couple, et encore un moindre pourcentage qui l’expriment ici plus ou moins ouvertement sur ce thème qu’elles ne sont généralement pas les premières à découvrir. Pas facile évidemment d’assumer de rééquilibrer les rôles dans une société patriarcale qui perpétue la domination masculine dans tous les aspects (en particulier dans la sexualité).

    • Bonjour,

      J’aimerais faire savoir que ce n’est pas facile en tant que femme de se trouver un homme “moderne” célibataire qui accepterait la cmc. Je me demande sincèrement où ce genre d’hommes se trouve?

      Comment faire pour se rencontrer entre nous (même avec des couples d’expérience) pour échanger etc. Il est bon de passer de la théorie à la pratique!

      • Bonjour Endora,
        Je crois que la CMC est aussi complexe à instaurer que l’harmonie sexuelle. Beaucoup d’hommes fantasment sur la rencontre avec une femme motivée par la CMC. Mais elle ne s’installe pas a priori. Trouvez d’abord un partenaire et instaurez ensuite la CMC me paraît plus simple. Qu’en dites vous ?

        • Merci Fabrice!

          J’ai l’impression que peu d’hommes semblent connaître la cmc. Lorsque que j’en parle, on me regarde d’un drôle d’air.
          Il faut de la patience et de la délicatesse. C’est l’art d’éduquer.

  • Merci Julieta pour vos conseils, je pense que c’est une bonne piste de le refaire sous forme de jeu épisodique. Je lui avais proposé au moment de l arrêt mais c’était je pense trop tôt et il a refusé.

    Mais j’espère lui redonner envie pour plus car cette forme de domination me plaisait, j’avais l’impression de rééquilibrer notre relation car lorsque l’on débat ensemble je fini toujours par me ranger à ses arguments.

    Pour ce qui est de la fidélité je n’ai jamais rien eu à lui reprocher mais il est vrai que j’ai perdu un peu confiance en moi, il suffit que je la retrouve

    • “j’avais l’impression de rééquilibrer notre relation car lorsque l’on débat ensemble je fini toujours par me ranger à ses arguments”

      C’est peut-être ce rééquilibrage qui le gênait. Il me semble que vous avez besoin de plus d’autorité dans votre couple, car sinon il vous étouffe avec son autorité. Avez-vous lui expliqué que vous ne voulez pas vivre au-dessous de lui, que vous avez besoin de respirer?

  • Je suis d’accord avec Julieta aussi. Pour moi, c’est mon homme qui était à l’initiative de la cage, j’adorais, et il en a eu marre. Alors, avec un peu d’autorité, je l’ai remis dans le droit chemin. Parce que sans cage , il est retombé dans ses travers… alors je lui ai fait réaliser avec autorité qu’il fallait qu’il change pour son bien et le bien de notre couple. Et en le faisant progressivement, quand je le désirais et que j’avais envie de faire qqch avc lui.

  • Bonjour tout le monde

    Je vais apporter mon témoignage, pas inutile je pense. C’est aussi un appel à l’aide.

    Grand accro à la masturbation, mon addiction pourrit mon couple comme bien d’autres. J’ai proposé à ma compagne il y a un certain temps déjà de porter une cage de chasteté. Elle a accepté et j’ai commencé à porter une première cage de chasteté, un truc en plastique. J’arrivais quand même à me masturber dedans. Toujours sur ma proposition, on a essayé un modèle plus sérieux. Idem. Ensuite un encore plus sérieux. Toujours pareil, j’arrivais à me masturber dedans. Pour terminer par une sur mesures, toute petite, avec un piercing et compagnie. A peine mieux, j’arrivais toujours à me masturber dedans. Ceci pour dire les cages c’est une vaste fumisterie.

    J’ai donc proposé à ma compagne d’investir dans une ceinture, une véritable ceinture: une Neosteel. Et là… impossible, strictement impossible de se masturber. Dès lors tout a commencé.

    J’ai commencé à porter cette ceinture de façon intermittente, pour m’y habituer (c’est autre chose qu’une cage!), avec pour objectif de donner la clé à ma compagne au bout de quelques semaines d’adaptation en allant crescendo sur les durées de port, puisque nous sommes d’accord sur le fait que je devrai porter la ceinture tout le temps avec des libérations de temps en temps, à sa discrétion, une fois par semaine j’imagine pour l’hygiène puisqu’elle est loin d’être une inconditionnelle de la pénétration.

    Je suis plutôt du genre très affirmé, de caractère, très actif, sportif, etc. Je suis aussi haut potentiel, comme le mari cité plus haut, ce qui veut dire que je cogite tout le temps et suis extrêmement sensible à tout, la moindre chose peut me perturber. Bref. Je n’arrive jamais à supporter cette ceinture plus de quelques heures, je n’arrive pas, cette ceinture me rend irritable, déprimé, elle m’empêche de me comporter normalement, d’être moi-même. Les premières heures se passent toujours très bien, je suis fier de la porter, et ensuite petit-à-petit c’est la descente aux enfers. Et je n’ai qu’une envie: la retirer. Je pourrais lui donner la clé me direz-vous mais ma compagne m’aime trop pour me l’imposer dans ces moments où je deviens fou. La ceinture était devenue un fantasme fort chez moi, un désir très puissant, et je n’en supporte pas la réalité. Le problème c’est que je ne vois que ça pour sauver mon couple, ma compagne aime quand je la porte et serait comblée d’en avoir la clé enfin, je serais aussi très fier de la porter. Mais je ne la supporte pas. Le mental…

    A vous lire

    • Superbe témoignage. Je souhaite aussi évoquer les ceintures de chasteté masculines dans un article de manière complète et évoquer des alternatives aux cages traditionnelles. Il est vrai que s’il n’y a pas un peu de discipline dans la pratique chez l’homme et chez la femme, la cage reste imparfaite. C’est aussi la raison pour laquelle nous évoquons très régulièrement des techniques diverses dans les articles “sécurité maxi-mâle” pour parfaire la pratique avec une cage de chasteté, mais les méthodes évoquées et illustrées ne sont pas infaillibles. Merci pour votre commentaire enrichissant.

    • J’aimerais tellement faire porter à mon homme une ceinture de chasteté mais en général elles présentent deux gros problèmes : la discrétion et le confort. Dommage qu’il n’existe pas des modèles de type caleçon de chasteté. Je ne comprends pas qu’aucun constructeur n’y ait pensé !!!!!!!!

      • Lancer vous.
        Moi je suis atteint du même problème là masturbation à outrance. Si vous ne faites pas l efforts de lui confier le contrôle alors cela ne vous apportera rien.
        Bien sûr il faut du temps pour accepter de perdre ce qui nous pose problème. Et ce n’est pas si simple. Vivre avec sa sur son sexe autrement que par jeux. Le côté permanent de la chose a tendance à faire peur. C’est ce qui m’a bloqué. Je préfère garder la main sur ma vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.