Osez la chasteté masculine contrôlée

Osez la chasteté masculine contrôlée et changez votre vie !

Osez la chasteté masculine contrôlée

CMC et parité

Mon article aujourd’hui revient sur une pratique dont nous avons déjà parlé récemment et compile exceptionnellement trois messages reçus de trois personnes différentes. L’idée aujourd’hui est d’évoquer la fidélité féminine de façon générale et en particulier, lors de la mise en pratique de la chasteté masculine contrôlée (CMC).

Premier message reçu il y a presque un mois :

« Bonjour Mesdames, je suis un homme, j’ignore si le mouvement est toujours d’actualité, je comprends partiellement le concept « nous sommes encagés donc pas de soulagement individuel et donc cela nous évite de fantasmer sur d’autres , Madame est rassurée de ne pas nous savoir volage ». Mais ce que je ne saisis pas c’est : encagé nous ne pouvons pas fantasmer sur notre propre femme et certes notre épouse est rassurée sur notre fidélité mais qu’est-ce qui nous rassure nous sur la sienne ? à vous lire girlpower amicalement

Notre réponse :
Votre compréhension de la pratique (plus qu’un concept) est malheureusement trop restrictive. Les émotions ressenties par un homme encagé sont bien plus intenses que celles induites par le fait de ne pas pouvoir « se soulager ». De la même manière, les bénéfices pour votre couple sont bien plus vastes que ceux cités, je vous invite à relire des articles (nos premiers articles) pour vous en faire une meilleure compréhension, et peut-être pour vous en convaincre.
Quant à la question d’être rassuré sur la fidélité de votre épouse, rappelons qu’il s’agit là d’une pratique qui a pour base le consentement et la confiance. Je suis donc tentée de vous répondre que ce n’est pas une question que vous devez vous poser si vous souhaitez tenter l’aventure. Ou dans ce cas, il faut que le candaulisme (article) soit lui-aussi consenti.

Ce qui m’amène à ce deuxième témoignage très intéressant et qui pose une question originale, d’une femme (nous l’appellerons Hélène, le nom ayant été changé).
Hélène nous dit :

« Bonjour à tous, Si je vous contacte aujourd’hui, c’est que j’ai un problème avec mon chéri, en couple depuis 3 ans, 29 ans pour moi et 30 pour lui. Pour Noël j’ai offert une cage à mon homme, pour jouer dans l’intimité au départ, ce qui a été génial et ensuite des temps un peu plus longs en espérant arriver à ce que j’ai pu voir sur ce site. Mon homme était déjà très attentif avant la cage donc je n’ai pas vu de changement mais c’est plus dans la tension sexuelle et la complicité que nous nous sommes retrouvés. Seulement j’ai fait une grosse erreur, lors d’un moment coquin avec mon homme encagé, j’ai voulu le provoquer en lui glissant à l’oreille que, vu qu’il était en cage j’allais prendre un amant. Il l’a très mal pris, n’a pas voulu continuer notre moment et pire le jeu. Il a enlevé sa cage avec la clé de secours et veut tout stopper car il se sent trahi. Pour lui, c’était un jeu entre nous et hors de question d’avoir un amant. C’est vrai que j’y pensais un petit peu mais surtout pour le piquer et peut-être l’exciter mais ça a complètement cassé notre jeu et notre relation. Après, c’est très frais mais il me dit ne plus me faire confiance et que si je veux recommencer, il veut que je porte une ceinture de chasteté pour être rassuré et aussi qu’il y ait une parité. Il me dit y penser depuis un moment et que maintenant c’est nécessaire. Je suis perdue et ne sais pas quoi faire, si vous pouvez m’aider en me donnant des pistes car je n’ai pas vu de situation similaire. Merci beaucoup et bonne continuation pour ce fabuleux site »

Notre réponse :

Tout d’abord, merci à cette intervenante pour son message, ses compliments et son expérience partagée, même si celle-ci se trouve être douloureuse.
Lorsque c’est la femme qui initie la pratique au sein du couple (c’est de plus en plus le cas d’après les nombreux témoignages que je peux recevoir), il ne faut pas brûler les étapes. Peut-être êtes-vous allée trop vite dans la mise en pratique et le jeu s’est en quelque sorte emballé.
Revenons aux bases, consentement et confiance. La confiance doit être instaurée, je suis étonnée que votre homme ait saisi si rapidement l’opportunité pour vous demander de mettre à votre tour une ceinture de chasteté. Pour être franche et directe, la pratique de la CMC ne concerne par définition QUE les hommes. En effet, par le biais de cette pratique dans un cadre sexuel, on tend à ré-équilibrer une sexualité de couple jusque-là défaillante, dans laquelle l’homme était certain d’obtenir une forme de plaisir classique très éphémère, égoïste, le plaisir féminin étant presque exclu de la sexualité du couple. Je vous conseille à cet effet la lecture de l’article suivant : http://osezlacmc.com/le-plaisir-feminin-reapproprie/ ou celui sur la justice intime ou bien d’autres articles encore qui évoquent ce déséquilibre qui ne date pas d’hier. Alors, votre homme aurait-il saisi cette opportunité pour appliquer une forme de chantage ? Peut-être est-ce justement le moment pour vous de vous affirmer ! De faire savoir que les choses ne peuvent pas se passer ainsi.

Par ailleurs, la pratique de la chasteté féminine n’a pas du tout les mêmes vertus que la CMC. La cage de chasteté pour hommes permet en effet un apaisement d’une partie du comportement dirigé par les hormones mâles tout en retrouvant les bénéfices et le bonheur d’une relation plus forte. Les nombreux ouvrages en la matière vont dans ce sens. Par curiosité, je vous suggère de taper les mots clés « chasteté masculine » versus « chasteté féminine » sur Amazon dans la section « Livres » pour vous en convaincre.
Je voudrais aussi vous dire que pour nous, la parité dans le couple n’existe justement que lorsque l’homme, et l’homme seul, est encagé.
Ne faîtes donc pas de concessions, ne vous laissez pas dominer, regagnez la confiance que l’on a souvent chercher à enlever aux femmes dans nos sociétés patriarcales.

Chers lecteurs, à vous aussi de commenter pour aider cette jeune femme, dans le respect (autant de la personne que de notre site) comme toujours.

Si la pratique a été initiée dans le cadre d’un jeu uniquement et non un mode de vie, alors soit il vous fait confiance pour que vous n’alliez pas voir ailleurs pendant qu’il est encagé, soit il consent à ce que vous alliez voir ailleurs, ce qui m’amène au troisième témoignage, d’un lecteur régulier qui m’a fait pointer sur un article récent du journal Vice dans lequel il est question des préjugés (encore un) sur la sexualité féminine en matière de fidélité.
Voici l’article et merci à Xavier pour ce partage.

En effet, la monogamie serait donc plus difficile pour les femmes que pour les hommes.

Voici, d’après moi, les meilleurs passages de cet EXCELLENT article :

« On raconte depuis longtemps que les femmes sont plus naturellement monogames que les hommes. Beaucoup de gens croient à l’hypothèse selon laquelle le cerveau des femmes a évolué différemment de celui des hommes, poussant notamment les unes vers la monogamie, et les autres vers le libertinage.
Cette hypothèse a cependant un défaut : elle est fausse, peut-on lire dans le plus récent livre de Wednesday Martin, UNTRUE : Why Nearly Everything We Believe About Women, Lust, and Infidelity is Wrong and How the New Science Can Set Us Free. L’auteure y présente sa lecture des études les plus récentes et le fruit d’entrevues avec des spécialistes de la sexualité humaine qui poussent à réexaminer les perceptions que l’on a sur les femmes et la sexualité. Elle montre la fausseté d’une panoplie de lieux communs en matière de sexualité féminine en particulier, en abordant notamment les circonstances et les raisons de l’infidélité chez les femmes. »


« les préjugés au sujet de l’infidélité sont asymétriques, c’est-à-dire qu’on pense encore qu’il est plus naturel pour les hommes de tromper leur partenaire, on sait que les femmes sont susceptibles de ne pas révéler leur infidélité et d’exprimer des préférences et des comportements conformes aux attentes de la société. Mais, avec un échantillon statistiquement représentatif, le plus faible taux d’infidélité chez les femmes américaines que j’ai vu, c’est 13 %. Le plus élevé, c’est 50 % des femmes mariées qui admettaient avoir eu une relation sexuelle extraconjugale. J’ai été surprise d’apprendre que, parmi les personnes dans la vingtaine, il y a plus d’infidélité chez les femmes mariées que chez les hommes mariés. Et selon plusieurs études américaines, les taux d’infidélité chez les hommes et chez les femmes sont beaucoup plus proches qu’on l’imagine. »
«Aux États-Unis, on a adhéré à l’idée voulant que les femmes aillent voir ailleurs parce qu’elles cherchent une « intimité émotionnelle ». Mais les recherches effectuées par de nombreux experts, dont Alicia Walker, indiquent que beaucoup de femmes le font pour la même raison que les hommes : le sexe. Les femmes avec lesquelles j’ai parlé lors de soirées de sexe ne cherchaient absolument pas une relation émotionnelle. Elles me l’ont dit : « Je suis ici pour le sexe sans lendemain. » On doit tenir compte de cette réalité dans notre réflexion sur la sexualité féminine et continuer d’en apprendre à ce sujet. »
« Mais l’auto-évaluation de la motivation est délicate, selon les spécialistes. Les femmes à qui on a dit que les femmes trichent pour avoir une relation émotionnelle ont tendance à dire qu’elles cherchent une relation émotionnelle dans leurs relations extraconjugales. De même, les hommes à qui on a dit que les hommes vont voir ailleurs pour avoir des relations sexuelles excitantes disent qu’ils cherchent de l’excitation. Évacuons ce discours, et ce qu’on pourrait voir, d’après les spécialistes de l’infidélité comme Tammy Nelson, c’est que les motivations des hommes et des femmes sont plus semblables qu’on l’a reconnu précédemment. »


« Mais Cynthia Graham et ses collègues ont constaté que deux fois plus de femmes que d’hommes disent que les relations sexuelles en couple perdent de l’intérêt après un an. Plutôt que de supposer que c’est juste parce que « les femmes aiment moins le sexe », de nombreux spécialistes estiment maintenant que les femmes ont autant besoin de variété, de nouveauté et d’aventure que les hommes, voire davantage. Et quand elles n’en ont pas, elles se ferment sexuellement. »


« La psychologue Marta Meana me l’a dit dans une formule très brève : « Il est très difficile de maintenir le désir féminin dans une relation à long terme. » On est sûr que les hommes sont programmés pour l’adultère et s’ennuient dans la monogamie plus rapidement que les femmes, mais ce sont surtout les femmes qui ont du mal avec les rôles définis par la société, qui émoussent leur désir, comme l’ont constaté des experts, notamment Esther Perel et Marta Meana. »
« Des sociologues ont affirmé que la monogamie était plus « naturelle » pour les femmes ou que la monogamie est plus facile pour les femmes que pour les hommes. Qu’est-ce que vous leur répondez?
Il n’y a rien de naturel en matière de sexualité. Et il n’y a pas un type de sexualité préféré vers lequel on a évolué. On a évolué en stratèges sexuels et sociaux avec une grande capacité d’adaptation. C’est l’une des raisons pour lesquelles Homo sapiens existe toujours.

« Quand Charles Darwin a observé que les femelles de nombreuses espèces étaient naturellement réservées, sélectives et réticentes, sexuellement parlant, et que les mâles étaient naturellement compétitifs et portés sur le sexe, il nous a mis sur une voie en déformant la lentille à travers laquelle on observe le comportement. Ce qu’on sait aujourd’hui surtout grâce aux femmes primatologues, anthropologues et sexologues, c’est que, lorsque le contexte est adéquat, la sexualité féminine est affirmée, aventureuse et libertine.
La grande anthropologue, primatologue et sociobiologiste Sarah Hrdy dit que, chez toutes les espèces, y compris les humains, la meilleure mère depuis la nuit des temps est celle qui, dans des circonstances écologiques particulières et loin d’être rares, est libertine. Ainsi, elle se protège contre l’infertilité masculine, augmente ses chances d’avoir une grossesse saine et une progéniture en bonne santé, et se crée un réseau de soutien plus vaste en combinant deux ou trois mâles qui pensent que les petits pourraient être les leurs.
« Dans des communautés contemporaines comme les Barís en Amérique du Sud, les gens croient qu’un bébé est créé par le sperme de plusieurs hommes et les femmes monogames peuvent être considérées comme de mauvaises mères, peu généreuses. Et chez les Himbas en Namibie, Brooke Scelza dit que l’infidélité féminine apporte des bénéfices aux femmes et à leurs enfants. Même chose chez les Pimbwes en Tanzanie. Lorsqu’on examine le comportement sexuel des femmes de diverses cultures et chez les primates non humains, on doit remettre en question beaucoup de nos suppositions apaisantes et réconfortantes à propos des femmes. »
Attention, voici la partie qui rappelle un de nos récents articles :
« Au cours de vos recherches et de la rédaction de votre livre, y a-t-il quelque chose qui vous a vraiment marquée ou surprise?
Le phénomène des hommes qui encouragent leur femme à coucher avec d’autres hommes m’a renversée. Je l’ai découvert quand quelqu’un m’a demandé en privé sur Twitter si c’était mon cas. J’ai contacté les spécialistes David Ley et Mireille Miller-Young, qui ont tous les deux beaucoup écrit sur cette sous-culture et la sous-culture de l’échangisme. Ces hommes, qui s’appellent eux-mêmes des cocus, encouragent et même organisent l’infidélité de leur femme avec ce qu’ils appellent des « taureaux » (les hommes avec lesquelles couchent ces femmes, souvent devant leur mari). Mireille Miller-Young a écrit sur l’aspect racial de ce phénomène et sur les choix de vie des cocus. David Ley a écrit sur la façon dont ces cocus se détournent du scénario traditionnel selon lequel les hommes doivent contrôler leur femme, entre autres sexuellement. C’était véritablement instructif et c’est une de mes parties préférées d’UNTRUE.
Et la conclusion, non moins intéressante :

« Les idées préconçues faussent notre vision des choses et limitent ce qu’on peut voir. Il y a un changement en sociologie : on commence à prendre conscience que notre sexualité se trouve au carrefour de la biologie et d’un contexte. Une fois qu’on aura bien intériorisé que la sexualité féminine se trouve à l’intersection du clitoris et de la culture, on sera plus à même d’expliquer toute la variété de son expression, plutôt que de présumer qu’elle est « naturellement » comme ceci ou comme cela. Je pense que ça va permettre à beaucoup de femmes, d’hommes et de personnes non binaires de cesser de se conformer à une vision fausse. »

Si belle conclusion, n’est-ce pas ?

Julieta

Hits: 1427

11 Replies to “CMC et parité”

  • La Sexualité est comportementale, il est bien difficile de lui faire suivre
    de grands principes issu de pensées collectives.
    Il ‘s’agit plutôt d’un instinct issu de l’Évolution.
    La CMC ne réduit pas le masculin, elle l’émancipe simplement de la pensée collective,
    Lorsque la CMC est bien vécu (consentement mutuel, dialogue, échange, mise en place de pratiques, ….) alors l’émancipation gagne de fait aussi la KH.
    La Sexualité du couple se recombine et Évolue à nouveaux.

  • Hélène,

    Je ne crois pas que la parité s’applique dans le port de ceinture de chasteté homme et femme. La femme qui porte une ceinture de chasteté perdrait son autorité, et le jeu perdrait son sens pour les hommes. Dans la CMC, s’est justement le déséquilibre dans lequel la femme a l’autorité absolue qui est séduisant et excitant. Cela ne doit pas aller automatiquement jusqu’au cocufiage.

    Par contre, la parité peut s’établir à travers un contrat de chasteté et de fidélité dans lequel vous vous engagez tous les deux à respecter les limites de chacun. Le contrat doit être établit entre deux adultes consentants et égaux. Dans le but de briser la glace, vous pourriez lui demander de commencer et de mettre sur papier ses attentes face à la fidélité de votre couple. Essayez de le rassurer que les règles seront suivies sans pour autant devoir porter une ceinture de chasteté féminine.

    Par la suite, vous ajouterez vos propres demandes et règles qu’il devra suivre à son tour, ex : être engagé, soumettre ses orgasmes sous votre contrôle etc… Donnez-vous un rendez-vous fixe, 2 semaines, un mois ou vous allez réviser les règles ensembles.
    Dans notre couple, nous avons établis un contrat du genre. La première règle que j’ai établi pour me rassurer est la suivante : Le but est le contrôle absolu de la sexualité de l’homme et non pas d’abstinence.

    Ensuite cela à évolué en : Le but est de retrouver un espace de temps réservé au couple. Également Madame pourra avoir le contrôle absolu de la sexualité de son homme.

    A vous d’y ajouter une mention sur la fidélité… Il y a des articles sur les contrats sur ce site.

  • Génial cet article comme toujours ici, on s’y habitue.
    Très instructif cet article de Vice aussi, il permet de dépoussiérer les perceptions d’un autre temps.
    Hélène, ne cédez pas à ce chantage. C’est à prendre ou à laisser d’après moi. Si c’était moi d’ailleurs, je serais mois indulgente !

  • Superbe témoignage, c’est long à raconter mais il m’est arrivée presque la même chose. En gros, j’ai initié il y a un an mon mec au port d’une cage de chasteté, et j’ai voulu faire les choses trop vite, il n’était pas habitué à la cage et j’ai voulu absolument qu’il la garde le plus longtemps possible. Il ne m’avait pas dit qu’il avait mal et du coup il s’est blessé avec. Rien de grave mais il avait ensuite de l’appréhension. Je pense que c’est un peu pareil que pour Hélène, son mec a sûrement de l’appréhension. Il faut laisser le temps de s’adapter à la pratique et ne pas brûler les étapes sinon ça devient contreproductif. Par contre, a contrario, faut pas se laisser embarquer par le chantage de ton mec.
    Bises
    Soline

  • Cet article ne va pas plaire aux hommes du passé mais il a le don de remettre les points sur les i.
    Merci Julieta ainsi qu’aux abonnés qui sont intervenus.
    Beau travail
    Louise

  • Bonjour à tous, je suis Hélène de l’un des témoignages.
    Avant tout merci à Julieta d’avoir publier mon récit et pour ça réponse et merci aux personnes qui ont commentées.

    La situation à quelque peu bougée avec mon homme, nous sommes tombés d accord sur le faite qu’il serait ridicule de contrôler la chasteté de l’autre en même temps car il n’y aurait plus de jeu possible.
    Il me propose une alternance du type 1 mois de chasteté pour lui puis 1 mois pour moi, je ne sais pas quoi en penser, car il a été vraiment blessé par ma proposition et ne veut pas reprendre comme avant avec la peur que cette idée me revienne.

    En ce qui concerne la réappropriation de mon plaisir, cela n’a jamais été un problème car il prend soin de mes désirs et de mon plaisir mais il demande en contrepartie une équité dans les attentions et le plaisir donné et j’admets qu’il est dans son bon droit car si il est frustré je ne vois pas pourquoi il me donnerait du plaisir à moi seul.

    J’aime beaucoup l’idée du contrat pour lui redonner confiance en moi et lui assurer ma fidélité.

    • Lorsque vous dîtes « s’il est frustré je ne vois pas pourquoi il me donnerait du plaisir à moi seul. » , Je pense que l’idée suggérée était surtout de l’amener vers un plaisir plus cérébral. Si le contrat vous donne satisfaction , c’est l’essentiel mais comme le disait Julieta, la chasteté contrôlée ne procure pas les mêmes bénéfices pour une femme que pour un homme.
      Mais cela reste votre choix à deux. Bon courage

    • Bonjour je voudrais juste savoir quelle est votre objectif
      Vous lui avez offert une cage par jeux

      il es en droit de refusé ceci étant il ne peut pas vous imposer ses envies

      Car le principe est que vous seul décidé

      • Notre objectif est un jeu sexuel, un rapprochement érotique, une excitation accrue.
        Je n’ai pas comme objectif de le rendre plus attentif ou serviable, il l’était déjà et la cage n’a eu aucun effet sur cela. C’est même l’inverse car au bout de 7 jours de cage il devenait irritable et ne l’a supportait pas.

        Pour la ceinture, j’analyse cela comme un mécanisme de défense car la proposition d’amant l’a vraiment blessé.
        Nous écrivons en ce moment un contrat à 4 mains et j’espère que cela fonctionnera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.